Les styles de robes à travers les époques

La robe à la française à la robe à l’anglaise

Au début du XVIIIe siècle, la robe est volante. Il s’agit d’une robe de cour avec des plis plats dans le dos. Au milieu du XVIIIe siècle, elle devient la robe « à la française » et devient ainsi le costume officiel de la cour de la reine Marie-Antoinette. Plus ajustée, elle est composée d’un manteau de robe et d’une jupe. À la fin du XVIIIe siècle, c’est la robe « à l’anglaise » composée d’un manteau de robe avec une traîne et des basques, d’une jupe, et de manches trois quarts en sabot. Moins encombrante et plus confortable que la robe à la française, elle rencontre un franc succès.

La robe empire

L’arrivée de l’Empire marque le retour à des silhouettes filiformes à taille haute, inspirées par l’Antiquité. Du volume des robes à la française à des robes fluides et près du corps, au décolleté carré, manches étroites et portées avec un spencer, du nom du lord anglais. Au début du XIXe siècle,

Livre sur l'histoire de la robe et ses différents styles Laurence Glorieux.

les costumes officiels sont réglementés par le Régime. Les dames autorisées à se présenter à la cour doivent porter une robe confectionnée d’un tissu venant de France, et la silhouette doit respecter une taille haute, des manches courtes, le tout porté avec un manteau amovible que l’on attache à la ceinture.

Robe époque victorienne

La robe de jour à la robe “cul de Paris”

Au milieu du XIXe siècle, la robe de jour en sablier fait son apparition. Les manches sont volumineuses, le corsage ajusté et la jupe ample. La taille retrouve sa place naturelle et le corset refait son apparition. C’est aussi le moment où l’industrie du textile prend son essor, la mode devient plus accessible. C’est le début du romantisme, des mousselines, broderies et autres plumetis qui viennent orner les tenues.

Après 1860, c’est la robe à transformation du Second Empire. La robe est adaptée au moment de la journée; pour le bal, on porte un décolleté et une étole, et pour le jour, un corsage à manches longues et ajustées. Les tissus, dont l’offre est de plus en plus importante, retrouvent de l’intensité dans les coloris. La fin du XIXe siècle est marquée par la robe à tournure, robe à cul de Paris ou robe pouf.

La robe au XXème siècle

Dès 1910, la tendance est à la simplification. Paul Poiret libère le corps de la femme en supprimant le corset. Après la Première Guerre mondiale, les coupes des robes vont se diversifier et venir souligner les courbes des femmes. Madeleine Vionnet crée des coupes en biais et des drapés, quand Coco Chanel raccourcit la robe et simplifie la mode pour plus de confort, de sobriété et d’élégance. En 1920, les robes laissent même apercevoir les chevilles des femmes, ce qui était pour l’époque un vrai scandale ! Dans les années 1940, Elsa Schiaparelli mêlera audace, talent, arts décoratifs et mode, et sera la première créatrice à donner un thème à ses collections.

1947 est une année cruciale avec la première collection présentée par Christian Dior et son New Look. Le tailleur Bar et la jupe corolle en sont les représentants emblématiques. Les épaules sont plus étroites, la taille cintrée et les jambes se dévoilent.

Dans les années 1960, la robe est courte, le corps de la femme libéré. Courrèges propose trois lignes différentes pour ses collections, dont une pour la grande diffusion, c’est une révolution. La robe ne cesse d’évoluer, de se transformer, et de couvrir la femme avec pudeur ou exubérance, avec chic ou au contraire un style plus casual selon les créateurs. La robe est définitivement un basique de la garde-robe féminine.

Robe moderne

Aujourd’hui, la robe est une pièce que toute femme possède et se décline dans toutes les tendances. En jean, en cuir, mini, maxi, de soirée, de mariée ou décontractée, vous pourrez trouver tout ce que vous désirez sur le marché de la mode. De nombreux grands créateurs ont revisité la robe comme Yves Saint Laurent avec la robe Mondrian, la petite robe noire chez Chanel, les robes taille haute chez Paul Poiret, les robes trapèzes chez Courrèges ou encore la robe de velours chez Versace.

LG

Sources : 

Fabiani, M. (2020). La robe : ses origines, son histoire et les types de modèles. Café Mode.

La robe une histoire culturelle. (2021). France Culture.